Trouver le Saint Graal ???

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Trouver le Saint Graal ???

Message par Jean-Yves le Jeu 19 Déc 2013 - 17:24

Bonsoir à tous... Voici un texte que j'ai écrit il y a quelques années et que certains connaissent peut-être déjà. J'ai trouvé l'histoire qui étaye ce texte sur internet, j'ai oublié de quel site cela provient....

Le saint Graal... La coupe avec laquelle le Christ aurait célébré la Cène d'après certains... Pour d'autres un plat ou même encore un autre objet. Mais au-delà de la représentation matérielle qu'on lui accorde, il semble que la quête du Saint Graal soit la quête de la Vérité, la quête de notre véritable identité.
C'est-à-dire la quête de cette part de soi, cette part intérieure qui serait suffisamment libérée pour recevoir l'essence de la vie : "le sang du Christ"...
Il est étonnant de voir comment à travers ces histoires légendaires se cache un sens plus profond et plus proche de soi que celui que les mots traduisent ; un sens que la vie semble avoir voulu transmettre à travers certaines personnes qui à un moment donné ont décrit ce qu'elles percevaient.
Cette histoire du roi Arthur (dont je laisse un extrait ci-dessous suivi de ce que cela évoque pour moi), de Perceval et de Merlin n’a pas, bien sûr, de validité historique reconnue mais reste initiatique et propre à nous faire percevoir les différents rouages de notre être, de notre conscience, et ainsi contribuer à nous éveiller…

<<<<< Nous sommes en ces temps très anciens où les chevaliers héroïques qui composaient la cour du Roi Arthur parcouraient le monde en quête d’aventures extraordinaires.
L’histoire qui suit est l'un des épisodes de la vie du jeune chevalier Perceval, jeune homme bien élevé par sa mère, qu’il a quittée pour devenir chevalier à la cour du Roi Arthur.

Le chevalier Perceval chevauchait dans la campagne et arriva un jour dans un pays à l’étrange aspect : tout y semblait mort, la terre aride, sans un brin d’herbe, les arbres desséchés, aucun animal ni même un chant d’oiseau... Les villages semblaient abandonnés et aucun foyer ne fumait. Le ciel était gris, sans lumière, et le froid régnait : c’était le "Gaste Pays" (le Pays "Gâté", ou "Pourri").

Au détour du chemin, Perceval aperçut un homme en train de pêcher dans une rivière asséchée. Il s’approcha et celui-ci lui expliqua qu'il était le Roi du pays. Comme il a été blessé "en haut de la cuisse" (comprendre que sa virilité a été atteinte), son royaume périclitait et lui-même n'avait d’autre occupation que de pêcher vainement dans une rivière sans vie.

Le Roi invita le jeune chevalier à rester en son château pour la nuit, ce qu’il accepte.
Le palais du Roi Pêcheur était d’une magnificence qui contrastait d'une manière frappante avec la tristesse qui émanait des visages des habitants du château : tout le monde se lamentait, pleurait, on n’entendait aucune musique ni aucun chant ni aucun rire, et toute la richesse du palais semblait bien dérisoire tant les gens étaient tristes.

Les domestiques montrèrent sa chambre à Perceval. Elle était meublée de bois précieux avec des étoffes tendues brodées de fil d’or et d’argent ; le sol était couvert de fourrures et à son attention, il trouva des vêtements frais d’une blancheur immaculée dont il se revêtit avant de se rendre dans la salle pour le diner.

Là, il prit place à la droite du Roi, la place d’honneur, et le repas fut servi sur une grande table de marbre constituée d'un seul bloc, soutenue par des tréteaux en bois d’ébène. Les mets les plus raffinés furent servis en abondance, ainsi que le vin le plus fin que le jeune chevalier n'ait jamais eu le plaisir de boire.
Et pourtant, la cour assemblée dans la pièce regardait tristement le jeune chevalier, et le Roi ne parlait presque pas, posant tout juste quelques questions à Perceval pour connaître des nouvelles du monde.

Soudain, Perceval assista à un bien étrange spectacle : devant la table dressée, dans un silence à peine troublé par les pleurs et les sanglots de la cour de Roi, un merveilleux cortège traversa la salle. Un jeune homme blond, vêtu tout de blanc, portait en tête du cortège une lance dont le fer laissait couler une goutte de sang le long de la hampe. Il était suivi d'une magnifique jeune femme, la plus belle et la plus douce que le jeune Perceval aie jamais vue, même en rêve ; elle portait un plateau d’argent magnifiquement ciselé, sur lequel était posé une coupe d’or sertie des pierres les plus précieuses, et d’où irradiait une lumière vive qui projetait sur l’assistance un éclairage féerique et chaleureux.

Perceval fut très surpris de ce cortège, qui passa une fois, deux fois, et encore une fois devant la table d’hôte. Toutefois, comme il avait été bien élevé par sa maman et qu’il avait appris les bonnes manières de la chevalerie, il s’abstint de poser la moindre question sur ce merveilleux prodige et plongea son nez dans son assiette ou son verre à chaque passage du cortège. Et après chaque passage, les lamentations furent plus fortes et les pleurs plus nombreux parmi la cour, qui semblait très très affectée par la scène.

Mais bon, le repas se termina, Perceval prit congé de son hôte en le remerciant de son hospitalité, et rejoignit sa chambre pour la nuit. Repensant à l’étrange scène dont il a été le témoin, il se dit qu’il se renseignerait le lendemain sur la signification de tout ce mystère.
Le lendemain, il se réveilla dans un château désert. Il le parcourut en tous sens, il n’y avait âme qui vive. Il trouva son cheval dans les écuries, il avait été soigné et nourri, et, ne trouvant personne à qui s’adresser, il rassembla ses affaires, monta sur son cheval, et quitta le château du Roi Pêcheur sans avoir eu l’occasion de se renseigner sur le merveilleux cortège.

Dans la campagne alentour, toujours aussi dévastée et sans vie, il aperçut alors une cavalière qui vint rapidement à sa rencontre ; elle l’interpella en ses termes :
"Tu es un mauvais chevalier ! Pourquoi n’as-tu pas demandé au Roi ton hôte ce qu’était le cortège qui a traversé trois fois la salle devant toi ? Tu aurais pu par cette simple question guérir le Roi de sa blessure et redonner vie à son royaume ! Mais tu n’as rien fait, tu ne t’es intéressé qu’à toi-même, et tu n’as fait preuve d’aucune compassion pour tous ceux qui souffrent dans ce royaume ! Va, maintenant, vivre tes aventures, mais que ta conscience ne trouve pas de repos tant que tu n’auras pas réparé ta mauvaise action !".
Sur ce, la jeune fille éperonna sa monture et s’enfuit dans la campagne.

Evidemment, Perceval fut bouleversé par ce qu’il venait d’entendre. Il réalisa soudain qu’il était passé à côté de son devoir de chevalier. Il décida donc de retourner au château du Roi Pêcheur afin de le délivrer de son mal.

Dans le conte, Perceval ne retrouva pas le château. Il poursuivit donc ses aventures, retourna à la cour du Roi Arthur pour y raconter ses aventures et notamment y décrire le prodigieux cortège qu’il a aperçu lorsqu’il était à la table du Roi Pêcheur. Alors, tous les chevaliers se lancèrent en quête pour retrouver le Gaste Pays et découvrir le secret du cortège mystérieux.
Perceval fut le premier chevalier qui retrouva le Roi Pêcheur, et au moment du repas, lorsque le cortège merveilleux passa à nouveau devant la table d’hôte, Perceval se tourna vers le Roi et lui demanda quelle était la signification de ce prodige.

Alors, le Roi se leva, sourit, et toute la cour l’imita et se mit à chanter, rire, danser dans un grand élan de joie. Car, en posant la question au Roi, Perceval avait guéri la blessure du vieux Roi et redonné aussitôt la vie à son royaume.
Bien sûr, le Roi a alors raconté au jeune Perceval la légende du Graal, puisque c’est le nom de la coupe merveilleuse qui était portée en cortège. Mais ceci est une autre histoire. >>>>>


Il semble qu’il y ait, à l’intérieur même de cette histoire la représentation des différents plans (ou niveaux) présents en chaque être humain.

Le Saint Graal serait, selon de nombreux avis sur le sujet, la coupe qui aurait servi à recevoir le sang du Christ durant la Cène. (Pour eux qui ne connaissent pas je précise que la Cène est le dernier repas du Christ durant lequel il lève une coupe et dit :
"Prenez et buvez en tous car ceci est mon sang, le sang de l'alliance versé pour vous....)

Mais bien entendu, il ne s’agit pas de sang dans le sens où nous le comprenons communément, cela n’aurait pas de sens… Le Christ disait :
"L’homme ne se nourrit pas de pain seulement mais de toute parole venant de Dieu."
Et si par la nourriture vient le sang, ce qui nourrirait véritablement l’homme, ce serait la parole de Dieu…

En ce sens le "Saint Graal" serait cette "ouverture" intérieure qui permettrait de recevoir directement le flot divin en soi, ce qui revient à dire : ce qui s’écoule du plan le plus subtil de soi (ou d’au-delà de soi, peu importe les termes).
Ainsi trouver le Saint Graal, c’est trouver (ou accéder) à ce qui s’écoule du plan le plus élevé (profond, subtil, pur) de soi…

Le roi pêcheur serait selon toute vraisemblance le plan le plus élevé de l’individualité. Ce niveau qui souffre de ne plus posséder le pouvoir créateur (on nous le montre blessé et atteint dans sa virilité, dans sa capacité à procréer)… L’homme, à l’image de Dieu, serait atteint dans sa capacité à gouverner et à créer.

Perceval apparait comme étant cette part de soi qui cherche la libération, qui cherche le Saint Graal… Au début de l’histoire il ne montre pas d’intérêt à ce qui se passe sous ses yeux, il reste replié sur lui-même… Ce n’est pas qu’il ne s’intéresse pas à la connaissance ‒ au Saint Graal ‒, mais qu’il est bloqué par l’influence de son éducation, par les traces que le passé a laissé sur lui et sur sa façon de considérer le monde…
Mais comme il ne fait aucun mouvement, ne pose pas de question…, cela n'a pas d'effet...

Dans la deuxième partie de l’histoire, où justement il interroge, montre de l’intérêt, la joie s’anime d’un seul coup sur les différents plans de son être, ainsi que le suggère la joie des différents personnages de l’histoire.
Selon cette histoire, ce serait donc ce mouvement vers la vie, vers l’ouverture, qui serait libérateur… Ne pas rester enfermé par nos propres schémas...

 sunny

_________________
Roman sur la quête spirituelle, lien ci-dessous :
http://www.lulu.com/shop/jean-yves-vincent/le-voyage-des-albatros/paperback/product-21329275.html;jsessionid=3E9F6E6159FE6EB8EE159141802A4B06

Jean-Yves

Masculin Cancer Rat
Messages : 838
Date d'inscription : 15/12/2007
Age : 56
Localisation : Var

http://spi.laique.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trouver le Saint Graal ???

Message par Uther le Jeu 23 Jan 2014 - 14:20

Pourquoi trouver s'il faut chercher ?

Le paradoxe de cette fable c'est qu'elle enseigne qu'on s'éteint lorsque l'on a trouvé.

Uther

Masculin Cancer Tigre
Messages : 5
Date d'inscription : 23/01/2014
Age : 102
Localisation : Brocéliande

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trouver le Saint Graal ???

Message par Jean-Yves le Ven 24 Jan 2014 - 18:21

Bonsoir Uther et bienvenue sur le forum... je suis désolé mais je ne comprends pas ta question... Ni même ce que tu veux dire dans ta dernière phrase, merci de préciser...  

sunny 

_________________
Roman sur la quête spirituelle, lien ci-dessous :
http://www.lulu.com/shop/jean-yves-vincent/le-voyage-des-albatros/paperback/product-21329275.html;jsessionid=3E9F6E6159FE6EB8EE159141802A4B06

Jean-Yves

Masculin Cancer Rat
Messages : 838
Date d'inscription : 15/12/2007
Age : 56
Localisation : Var

http://spi.laique.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trouver le Saint Graal ???

Message par Uther le Ven 24 Jan 2014 - 20:50

Bonsoir.

Le roi est propriétaire du Graal. Or il en crève.

Donc si Perceval trouve le Graal, il va avoir des problèmes.

Uther

Masculin Cancer Tigre
Messages : 5
Date d'inscription : 23/01/2014
Age : 102
Localisation : Brocéliande

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trouver le Saint Graal ???

Message par Jean-Yves le Sam 25 Jan 2014 - 12:16

Bonjour

Nous n'avons pas la même perception de ce qu'est le Saint Graal... Si tu veux savoir comment je comprends cela, je t'invite à lire le texte en haut de page...

 sunny 

_________________
Roman sur la quête spirituelle, lien ci-dessous :
http://www.lulu.com/shop/jean-yves-vincent/le-voyage-des-albatros/paperback/product-21329275.html;jsessionid=3E9F6E6159FE6EB8EE159141802A4B06

Jean-Yves

Masculin Cancer Rat
Messages : 838
Date d'inscription : 15/12/2007
Age : 56
Localisation : Var

http://spi.laique.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trouver le Saint Graal ???

Message par Uther le Sam 25 Jan 2014 - 13:07

Il semblerait que le Graal soit une variation de la corne d'abondance.

Uther

Masculin Cancer Tigre
Messages : 5
Date d'inscription : 23/01/2014
Age : 102
Localisation : Brocéliande

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trouver le Saint Graal ???

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum