(Livre)Le Manteau de Magnificence de J. Kelen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

(Livre)Le Manteau de Magnificence de J. Kelen

Message par MarieAnne le Dim 4 Aoû 2013 - 14:44

Si je devais conserver qu'un seul livre ce serait celui-là!


"Ils respirent dans un pays sans contours où s'enlace à la neige le jasmin fleuri, où la brûlure s'allie avec la douceur. Un pays introuvable et inoubliable que certains nomment le Royaume du Cœur. Ils rêvent le même récit, fait d'attente, de beauté et de douleur.
Portés par un désir plus grand qu'eux, ils se rencontrent ou s'éloignent sans se perdre jamais. Ces personnages sont une dame pensive, un chevalier errant à la noble ardeur, un vieil homme penché sur son écritoire, un jeune garçon qu'on croit idiot, et un chien aux yeux bleus.
Quelqu'un les observe, de près, de loin, du haut des siècles, un petit être mystérieux, assez volubile, qui entreprend de tisser un vêtement de pourpre et d'écarlate. Mais destiné à qui ?
L'histoire se situe en France à la fin du XIIIe siècle, portant l'écho des croisades, des blanches églises et des bûchers cathares, et marquée de la figure miséricordieuse de la Vierge au manteau. Mais elle se déroule tout autant sur l'échiquier de l'invisible.
Ce récit s'inscrit dans la tradition médiévale du Songe. Il est à découvrir comme un cantique fragile et précieux."


un extrait  en écho à certains de tes derniers messages Jean-Yves

Spoiler:
"Le temps manquait d'amour. Il se mit à écrire. Le cœur navré mais la main gouvernant avec obstination la plume. Il se mit à écrire comme venait le soir. Sur le pupitre de bois, il y a ce qui suffit à créer un monde : plumes, encre et parchemin. Et la lumière du soir. Et le tremblement de son cœur.

Il se mit à écrire dans la surabondance du silence, dans la désolation des jours. Sa main suivait les emportements de la plume et ses soudains dérapages de bête blessée. Ce qui importait n'était pas tant les mots qui venaient mais le geste d'écrire, d'attendre et d'écouter. Le geste de se pencher.

Dieu, que de solitude autour et à l'intérieur de celui qui écrit. Et en même temps tout devient possible - monde à naître, bruissant d'abeilles - grâce à cette inépuisable solitude. Voilà ce qu'il se dit, l'homme qui se penche et découvre en retenant son souffle ce que la plume a tracé. La page demeure toujours le lieu de l'étonnement.

Il est grave. Il sait qu'au détour d'un mot, il peut rencontrer la beauté. Et nul n'est préparé à cette apparition. Avec sa plume qui piaffe ou qui trébuche, avec l'encre profonde couleur de myosotis et avec sa propre nudité, il aimerait consoler la beauté, apaiser ses chagrins. L'écriture n'est rien d'autre. Il aimerait, avec ce peu de plume et d'encre et le tremblement du cœur, réconforter Dieu, faire sourire le visage de Beauté. Leur montrer, oh très fugitivement, que tous les hommes ne sont pas repus ni tranquilles dans leur imperfection.

Il regarde l'encrier : un puits vertigineux. Il tient en l'air la plume : tout peut advenir. Il est si court, le chemin qui va à l'encre bleue, mais lui peut hésiter et la plume faiblir. Durant ce suspens, il ne réfléchit pas, il ne cherche pas ses mots (les mots se cachent au fond de l'encrier) : il écoute. Il écoute et il ne sait pas encore s'il va persister à écrire ou si la plume voudra se reposer avec la venue du soir.

Dieu lui-même s'est reposé, se dit-il. Mais il ne se sent pas Dieu. Il serait plutôt le plus pauvre, le plus inutile des hommes, de ceux qui n'ont que leurs rêves et leurs mots pour se sentir vivants - et qui, les offrant, paraissent ridicules. Il comprend alors l'étendue de sa solitude : lui, il est prêt à donner ses jours pour une poignée de mots justement assemblés que tous les autres méprisent et jettent. Solitude de batailler pour la beauté, solitude extrême d'être triste pour elle et de vouloir consoler Dieu par le geste fragile de la main qui écrit, par ce geste impérieux de qui s'arrache à la quiète imperfection du monde...

Et la plume reprend le chemin de l'eau bleue et va puiser les mots.

L'homme au vrai n'écrit pas : il mène sa plume boire comme d'autres font se désaltérer leurs chevaux au bord de la rivière.

Et la plume écrit, d'une seule traite, comme sans respirer :

"La femme est le ciel de l'homme."

Il lit ce qui vient de s'écrire. À l'avance il ne sait jamais si c'est une évidence ou une étrangeté.

Maintenant il pose sa plume. Il réfléchit.

Il revoit la rencontre entre l'homme et la femme.

Cela lui paraît comme le choc, l'impossible ajustement entre la mesure de l'homme et la démesure de la femme. A la façon dont le ciel devrait infiniment se pencher, se plier, se mortifier afin d'épouser étroitement la terre.

L'homme cherche et veut savoir, il aime ce qui peut être connu. La femme, avec ce geste d'ouvrir les fenêtres, d'ouvrir grand les yeux, la femme sans cesse demande à élargir la vision, à célébrer l'infini et l'inconnaissable.

L'homme est délimité, précis, et la femme est vaste, sans contours.

Sa main tremblante a renversé l'encrier. Tous les mots sont perdus, croit-il.

Non. Parfois le ciel penche jusqu'à se déverser.

La femme est aussi la grande nuit de l'homme."

sunny 

_________________

"Une maille à l’endroit, une maille à l’envers, observant l’ouvrage sans jugement ou bavardage,
en aiguilles de la Voie du Milieu, Présente, et non à mille lieues "Auroreyeshe
avatar
MarieAnne

Féminin Messages : 198
Date d'inscription : 27/03/2013

http://justedesfruitscueillis.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: (Livre)Le Manteau de Magnificence de J. Kelen

Message par Jean-Yves le Lun 5 Aoû 2013 - 11:32

MarieAnne a écrit:


un extrait  en écho à certains de tes derniers messages Jean-Yves


sunny 

Merci MarieAnne pour cette attention... sunny 

_________________
Roman sur la quête spirituelle, lien ci-dessous :
http://www.lulu.com/shop/jean-yves-vincent/le-voyage-des-albatros/paperback/product-21329275.html;jsessionid=3E9F6E6159FE6EB8EE159141802A4B06

Jean-Yves

Masculin Cancer Rat
Messages : 838
Date d'inscription : 15/12/2007
Age : 57
Localisation : Var

http://spi.laique.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum