Se garder du syndrome du mauvais monde. [L'influence des médias] (texte de Mathieu Ricard)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Se garder du syndrome du mauvais monde. [L'influence des médias] (texte de Mathieu Ricard)

Message par Jean-Yves le Mar 18 Juin 2013 - 9:29


Se garder du syndrome du mauvais monde

Écrit le 17 juin 2013 (un texte de Mathieu Ricard, moine bouddhiste, photographe et auteur) Lien : ICI

Les médias renchérissent sur la fascination qu’exercent sur nos esprits les comportements violents, malveillants ou pervers. Le malfaiteur qui a commis un crime crapuleux fera plus parler de lui que le bénévole qui assiste des personnes âgées dans le même quartier. Ce constat s’explique sans doute par le fait que les atrocités nous choquent en raison même de leur déviance par rapport aux comportements ordinaires.

Ce qui est ainsi offert aux yeux du public n’est pas anodin. Des chercheurs de l’Université de Pennsylvanie qui ont étudié pendant deux décennies l’influence de la télévision, ont montré que les téléspectateurs qui regardent constamment des actes négatifs manifestent une tendance accrue à agir de la même façon, et que, plus on regarde la télévision, plus on est enclin à penser que les gens sont égoïstes et qu’ils nous tromperaient à la première occasion. Bien avant l’âge de l’audiovisuel, Cicéron observait : « Si nous sommes contraints, à chaque instant, de contempler ou d’entendre parler d’événements horribles, ce flot ininterrompu d’impressions détestables privera même les plus humains d’entre nous de tout respect pour l’humanité. »
A l’opposé, quand les médias prennent la peine de mettre en valeur les aspects généreux de la nature humaine, les spectateurs entrent aisément en résonance avec cette approche positive. Ainsi, la récente série intitulée « Héros de CNN », connaît un franc succès. Cette émission présente des portraits et des témoignages de personnes, souvent très humbles et inconnues, qui ont entrepris des projets sociaux novateurs et bienfaisants ou qui se sont totalement impliquées dans la défense de causes justes.

Les drames et les violences font le plus souvent les grands titres de l’actualité et dominent les films et ouvrages de fiction. Lorsqu’on parle de film « d’action », cela signifie souvent que les protagonistes s’entre-tuent, le plus souvent du début à la fin de l’intrigue. Un jeune Américain de vingt ans aura vu en moyenne 40 000 meurtres fictifs à la télévision (dont 8000 avant l’âge de 12 ans) alors que, fort heureusement, dans la vie quotidienne, peu d’entre nous ont été les témoins directs d’un meurtre. Il ne faut donc pas s’étonner que nous souffrions de ce que les Anglo-Saxons appellent le « syndrome du mauvais monde », autrement dit l’idée que nous vivons dans un monde essentiellement hostile, peuplé d’individus égoïstes qui ne tendent qu’à favoriser le plus possible leurs intérêts personnels, même si cela implique de sacrifier le bien-être de ceux qui les entourent. Il est donc d’autant plus essentiel de présenter une vision plus proche de la réalité, qui mette l’accent sur les innombrables gestes de bienveillance, d’entraide, de coopération et de solidarité qui tissent notre quotidien.

_________________
Roman sur la quête spirituelle, lien ci-dessous :
http://www.lulu.com/shop/jean-yves-vincent/le-voyage-des-albatros/paperback/product-21329275.html;jsessionid=3E9F6E6159FE6EB8EE159141802A4B06

Jean-Yves

Masculin Cancer Rat
Messages : 838
Date d'inscription : 15/12/2007
Age : 56
Localisation : Var

http://spi.laique.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se garder du syndrome du mauvais monde. [L'influence des médias] (texte de Mathieu Ricard)

Message par Aklean le Mar 18 Juin 2013 - 12:37

et ça vaut pour tout, y'a rien de mieux que de dire à un alcoolique qu'il est malade et qu'il a un problème pour qu'il le reste, à un pédophile qu'il est malsain pour qu'il aille vers ce penchant, à un gros qu'il est gros pour qu'il se goinfre, 
ça fait 40 peut être même 50 ans qu'on le sait, mais es-ce que ça traverserait l'esprit à quelqu'un d'arrêter de tout stigmatiser juste pour se faire du bien à se décharger de ses propres tensions? à montrer ou est le mal pour être dans l'illusion de s'en éloigner par l'opposition et se positionner dans le bien? 
Le monde est à comprendre et à discerner, les jugements ne se justifient jamais, ce sont des états d'âmes, ils sont personnels, et rien ne peut leur donner une autre valeur

Aklean

Masculin Taureau Rat
Messages : 82
Date d'inscription : 05/04/2013
Age : 33
Localisation : Clermont-Ferrand

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se garder du syndrome du mauvais monde. [L'influence des médias] (texte de Mathieu Ricard)

Message par ~Nina~ le Mar 18 Juin 2013 - 17:29

Très intéressant... merci Jean-Yves...

Effectivement, on dit que l'on devient ce sur quoi nous portons et maintenons notre attention... Smile

Je pense que si chacun (enfin lol, faut pas être utopique non plus...), alors disons que si de plus en plus de personnes prennent conscience de cela, ces personnes vont choisir leurs programmes : fini la TV allumée n'importe quand sur n'importe quel programme ! Les infos sont trop négatives mais la météo qui les suit de près sur l'horaire de diffusion peut parfois être "pratique"... dans ce cas on allume la TV à l'heure de la météo et pas avant à cause des infos, etc.

Lol, le mieux serait de se débarrasser de la TV mais je constate que parfois le programme propose des émissions "positives", par exemple des reportages sur la nature ou les animaux ou bien des téléfilms sympas comme "Joséphine Ange Gardien" Very Happy
Les infos, les "médias"... pouf, poubelle !



_________________
Il n'est pas de sâdhanâ plus facile que l'offrande de soi.
L'offrande de soi est la disparition complète de l'égoïsme.
(Ramakrisna)




Click ici : Les Oracles de la Papesse
avatar
~Nina~

Féminin Scorpion Cheval
Messages : 373
Date d'inscription : 27/03/2013
Age : 50
Localisation : Dans les Alpes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se garder du syndrome du mauvais monde. [L'influence des médias] (texte de Mathieu Ricard)

Message par Totem le Mer 19 Juin 2013 - 13:08

Le contrôle se fait aussi de façon subliminale.pale

http://www.youtube.com/watch?v=PrnhO2MwDDU


Bonne journée.sunny

_________________
Si tu t'inquiètes du vent, tu ne sèmeras jamais. Si tu scrutes les nuages, tu n'auras pas de récolte...' L'Ecclésiaste'.
avatar
Totem

Féminin Bélier Chèvre
Messages : 333
Date d'inscription : 03/04/2013
Age : 62
Localisation : 76

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se garder du syndrome du mauvais monde. [L'influence des médias] (texte de Mathieu Ricard)

Message par endoexo le Mer 19 Juin 2013 - 21:14

Ce que l'on peut reprocher à cette vidéo (http://www.youtube.com/watch?v=PrnhO2MwDDU) c'est son arrière plan complotiste obsessionnel. Elle désigne une brochette de boucs émissaires alors que le "mal" dénoncé n'est que celui qui habite l'auteur ou les auteurs... Le cerveau est aussi une "machine à illusion", phénomènes subliminaux, pareidolie, dessins représentant des univers "impossibles" (ensemble des illusions d'optique) etc.. etc...

_________________
"La méditation, c'est très reposant, c'est quasiment la sieste hindoue"
avatar
endoexo

Masculin Poissons Cochon
Messages : 248
Date d'inscription : 28/03/2013
Age : 70
Localisation : EX PAYS DE L'EST

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se garder du syndrome du mauvais monde. [L'influence des médias] (texte de Mathieu Ricard)

Message par Aklean le Mer 19 Juin 2013 - 21:38

le mec parle de conditionnement et nous bombarde de ses clichés de diabolisation du sexe sur un fond sonore émotionnellement influant, 
ah les méchants ¡¬um¡n@+¡s quand ils nous apprennent à nous sentir être les pantins du mal Laughing

Aklean

Masculin Taureau Rat
Messages : 82
Date d'inscription : 05/04/2013
Age : 33
Localisation : Clermont-Ferrand

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se garder du syndrome du mauvais monde. [L'influence des médias] (texte de Mathieu Ricard)

Message par Chimère le Ven 21 Juin 2013 - 14:56

C'est juste ce qu'il dit : on ne met pas assez notre attention sur le positif entre nous, bref on voit très facilement le vers à moitié vide...
Après, j'ai envie de relativiser 2 choses : l'influence des médias déjà... je ne crois pas qu'ils soient, dans l'ensemble (je veux dire dans leur contenu informationnel comme fictionnel) SI influents que ça... 
Le fait est que la violence et le meurtre par exemple existaient bien avant l'invention de la télé... 
Ce qui a changé, c'est le rapport que nous avons avec cela par les mass médias... je veux dire que nous vivons dans un monde "plus petit", dans lequel rien ne nous échappe. Il fût un temps où un peuple vivant en Asie ou Amérique du Sud pouvait n'avoir aucune idée d'une guerre déchirant l'Europe... Ou même d'un bout à l'autre d'un pays, on ne savait pas ce qu'il se passait (ou alors il fallait attendre le colporteur qui passait tous les 6 mois...).
Aujourd'hui, quasi dans la seconde, on peut être au courant sur le moindre fait divers qui arrive à l'autre bout du monde, sans parler des guerres dont on connait force détail... Du coup, oui, tout cela est à notre porte. Ce qui peut donner cette impression de "concentration"... alors qu'au fond, je ne suis pas persuadée que le monde soit plus ou moins violent qu'il y a 100 ou 500 ans, juste la violence change (et par exemple, la sociologie, ou l'histoire du crime, je trouve ça hyper intéressant et révélateur d'une société).

Ensuite, je trouve que l'attitude qui consiste à ne pas vouloir voir la violence, et la violence inhérente à l'homme, telle qu'elle est, telle qu'elle se produit dans ce monde, dans cette société, c'est un peu se mettre la tête dans le sable. Je ne sais pas... ce n'est pas parce que j'éteins la télé pour ne pas voir ce qui se passe en Syrie que la guerre là-bas s'arrête. Juste je me suis protégée moi, pour ne pas avoir à en souffrir. C'est une attitude que je ne juge ni ne condamne, je peux comprendre... mais personnellement, j'ai l'attitude inverse, il faut que je sache. Même si je n'y peux rien, que ça me fait sans doute plus de mal que de bien... Il faut au moins que je comprenne, ou que j'essaye...

Du coup, c'est peut-être ce qui m'a poussé à étudier la criminologie, à m'intéresser au crime etc... ce n'est pas une fascination malsaine, juste un besoin de comprendre, de savoir pourquoi le passage à l'acte, savoir dans quoi il s'inscrivait. Et au fond, je trouve que ça relève d'une forme de jugement que de dire que lorsqu'on s'intéresse à ces choses-là, on se complaît dans la violence, dans la fascination malsaine etc... Neutral
Et justement, voir la réalité telle qu'elle est c'est voir aussi cela à mon sens. Voir tout ce qui est, et essayer de comprendre pourquoi c'est ainsi...

_________________
Mes jeunes gens ne travailleront jamais.
Les hommes qui travaillent ne peuvent rêver. Et la sagesse nous vient des rêves.

Smohalla, chef indien Sokulls
avatar
Chimère

Taureau Cochon
Messages : 30
Date d'inscription : 01/04/2013
Age : 34

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se garder du syndrome du mauvais monde. [L'influence des médias] (texte de Mathieu Ricard)

Message par Loryan le Ven 21 Juin 2013 - 15:47

Je me demande aussi si il n'y a pas là une analogie du type "on est heureux que lorsqu'on a des problèmes à régler".

Nous sommes dans un monde construit sur le modèle perpétuel de solutions à trouver pour être heureux... à moins que ce soit le monde qui soit construit comme nous Very Happy

Notre structure mentale est très largement influencée par introduction-discussion-conclusion et nous utilisons presque toute notre énergie à discuter, argumenter, contre argumenter, chercher, etc..
Or une situation saine, plaisante, normale, heureuse ne comporte en elle même aucune discussion... "comment ça va ?... bien et toi ?"... fin de la discussion.
Nous sommes dans une civilisation mentale, et si le mental n'a rien à manger nous sommes confronté au sentiment de vide et d'inutilité.
Le bonheur n'est pas du domaine du mental (ce qui ne veut pas dire que le mental n'a rien à voir avec le bonheur), le bonheur est un état être plutôt situé dans le coeur, et c'est un état il me semble plutôt présent, contemplatif, passif (au sens ou il n'a pas besoin d'être mis en action).
Ce n'est donc pas que le bonheur ne nous marque pas plus que le malheur, c'est juste qu'il n'appelle pas les ressources du mental et se suffit à lui même.

A contrario quand tout va mal il se produit un quelque chose du genre "ce n'est pas normal, ça ne devrait pas être ainsi", personne ou presque ne se complait dans le malheur, dès lors les énergie se mobilise pour contrer cet état non naturel.
Et les énergies vont se diriger vers le mental qui reste un outil formidable de recherche, de prise de conscience, d'exploration.
Dès lors toute notre vie va s'agiter, il va y avoir une effervescence qui est aux antipodes du silence qu'on trouve dans le coeur.
Et c'est la même chose que le "bruit" qui symbolise tant la preuve de la vie par cette agitation permanente.
Le silence est inquiétant, le bruit est rassurant (du point de vue mental).

Avoir des choses à améliorer, rechercher le bonheur, s'épouvanter du malheur des autres, se faire peur, la fascination du morbide... c'est tout autant de raison pour sentir qu'on existe à travers toutes les tensions qui parcoure nos êtres.
Et même dans les émission "positives", ce qui fait leur succès c'est l'étalage des problèmes à régler. Aucune de ces émission de "héros" ne commence par "tout est bien dans le meilleur des mondes", non à chaque fois on part de situation inconfortable, scandaleuse, déroutante, etc... et tout à coup un "héros" arrive et vient apporter le bonheur.

Et la télévision, les médias dans tout ça ?
Ils ne sont que le parfait reflet du mental crée par le mental.
De l'information et de la discussion en permanence.
Ca n'a donc pas grand chose d'étonnant qu'ils alimentent le mental en "problèmes", parce que le mental adore résoudre les problèmes et c'est heureusement tout à son honneur. Il serait idiot de le décréter comme ennemi car il est là pour ça, faire en sorte de trouver les moyens d’accéder au bonheur, la conclusion de satisfaction au bonheur étant du domaine du coeur.

Et je crois que ce syndrome du mauvais monde n'est que le reflet de la machine qui s'emballe, oubliant qu'elle a un début et une conclusion, pour se perdre dans le seul fonctionnement.
Imaginez une machine à laver qui refuse de s'arrêter parce que sa raison d'exister c'est de nettoyer du linge sale.

Je crois que c'est la même chose pour notre mental.... se trouver tout un tas de choses à traiter continuellement par peur de ne plus exister ou de ne servir à rien.
Un programme auto ou semi conscient qui a peur que le coeur l'oublie ou l'éteigne une fois l'objectif atteint.

C'est pour cela je crois qu'il faut aimer son mental.
Le coeur doit aimer le mental, dès lors on a qu'un seul risque... celui qu'il nous montre de plus en plus de belles choses

_________________
"Ainsi quand vous discutez les uns avec les autres ne laissez pas vos cœurs s'éloigner. Ne dites pas les mots qui vous éloignent davantage, ou bien viendra un jour où la distance sera si grande que vous ne trouverez pas le chemin du retour..." Extrait de sagesse Hindou
avatar
Loryan

Masculin Vierge Chien
Messages : 136
Date d'inscription : 27/03/2013
Age : 46
Localisation : Lorraine

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se garder du syndrome du mauvais monde. [L'influence des médias] (texte de Mathieu Ricard)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum