"Dépasser" l'attachement...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

"Dépasser" l'attachement...

Message par Jean-Yves le Mar 13 Jan 2009 - 16:42

Bonjour à tous

Mon point de vue sur le sujet...
Tant que l’attachement que l’on porte à un être cher, ou à quoi que ce soit d’ailleurs, est vécu confortablement, il n’y a pas de problèmes. Mais il peut arriver un stade où cet autre auquel on est attaché nous fait ressentir qu’on l’étouffe et en conséquence commence à nous fuir. Cela peut s’avérer être une expérience très douloureuse car alors, cette blessure affective, ce vide intérieur ou sentiment de solitude — qui est la cause de notre attachement — que la présence de l’autre tenait endormi commence alors à se faire sentir d’une façon plus vive, plus prononcée.
Ici, à ce moment-là, il nous est donné l’opportunité de dépasser cette souffrance et d’amener à guérir cette blessure intérieure (trace d’un passé douloureux) et ainsi de se recentrer, de dépasser l’attachement, de retrouver la liberté intérieure.
Je ne veux pas dire que l’on doit faire quelque chose de particulier qui serait « dépasser la souffrance » en terme d’action à accomplir. Non.
Lorsque cette blessure, jusqu’alors endormie, se réveille et se manifeste en soi par notre souffrance, nous pouvons être tenté d’accuser « l’autre » de ce que nous considérons être son manque de proximité ou d’affection ; ainsi nous pouvons rentrer dans un processus de révolte, ce qui est une façon pour nous d’accroître l’agitation intérieure et ainsi de moins ressentir la souffrance. En effet, celle-ci apparaît plus vive dans le silence que dans l’agitation et ceci de la même façon qu’une tache noire semblera toujours plus noire sur un tissu blanc, à cause du contraste.
Pourtant, c’est bien à travers le silence qu’elle peut se dissiper ; le mieux, à mon avis est d’accepter de la vivre complètement, entièrement… Ainsi, elle finit par s’user et ne trouve plus de prise en soi. Et c’est pour cela qu’on dit qu’on la dépassée…
En fait, à travers cet attachement qui se révèle à soi en terme de souffrance à un moment donné, c’est la vie (le processus du vivant) qui nous donne l’opportunité de grandir et de nous élargir en conscience. Et lorsque l’attachement devient douloureux à vivre, c’est le bon moment pour le « dépasser ».

Amitié

Jean-Yves

Masculin Cancer Rat
Messages : 838
Date d'inscription : 15/12/2007
Age : 57
Localisation : Var

http://spi.laique.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

de l'attachement ...

Message par nitna le Ven 16 Jan 2009 - 21:45

En fait, à travers cet attachement qui se révèle à soi en terme de souffrance à un moment donné, c’est la vie (le processus du vivant) qui nous donne l’opportunité de grandir et de nous élargir en conscience. Et lorsque l’attachement devient douloureux à vivre, c’est le bon moment pour le « dépasser ».
l'innocence et la clairvoyance, la liberté, la bienveillance, ne résultent pas d'une croissance, d'un élargissement de la conscience.
La conscience est déterminée par l'expérience et le savoir. C'est une cour de prison sans prisonnier, la conscience est une illusion. L'attachement est le fruit de la peur et le besoin de sécurité délimite un espace mental fait de savoirs et d'expériences. Le désir de dépasser l'attachement est encore de l'attachement.
La recherche est l'expression d'une énergie canalisée, orientée par le connu. La recherche est l'action de la volonté qui est le bras armé de l'ego. La recherche est le problème.
La liberté, le détachement, une conscience sans centre et sans limite ne résultent pas de la recherche ou d'un élargissement. La liberté, le détachement, une conscience sans centre et sans limite ne sont le fruit d'aucune culture ou désir. Ce sont des fruits sauvages que personne ne convoite. La liberté est hors du temps, ni avant ni après une quête et ne peut être conquise ou apprivoisée.

nitna

Messages : 22
Date d'inscription : 26/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Dépasser" l'attachement...

Message par ariane4 le Ven 16 Jan 2009 - 22:25

la liberté, c'est aussi se reconnaître des attaches...

de quelle liberté parlons-nous là ?

ma question naive : à quoi bon être libre, ou quelle liberté cherche-t-on ?

pour en revenir à "dépasser" l'attachement, peut-être est-ce dans le but d'atteindre l'Amour? tout simplement

mais l'Amour, je crois que nous le ressentons sans même nous en apercevoir
avatar
ariane4

Féminin Taureau Dragon
Messages : 80
Date d'inscription : 14/04/2008
Age : 41
Localisation : Nord-Pas-de-Calais, Côte d'opale

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Dépasser" l'attachement...

Message par Jean-Yves le Sam 17 Jan 2009 - 9:00

Bonjour

Oui bien sûr que ce que tu dis est vrai Nitna, vrai à 100 pour 100 même; c'est la vision de l'absolu et en ce sens elle est la négation du chemin spirituel (ou de connaissance de soi). Il y a dans la spiritualité un paradoxe inévitable et qui ne peut géner que celui qui veut "étiqueter" c'est-à-dire maintenir un "acquis" qui se présente sous la forme d'un savoir sur ce qu'est la réalité. Le point de vue du relatif n'est pas faux, il correspond seulement à un niveau de perception différent, qui est la reconnaissance sincère en soi de la réalité telle qu'elle est perçue ici et maintenant.
Ceci est un vieux débat... que l'on retrouve régulièrement sur les forums.
Dire la vérité telle qu'elle est du point de vue de l'absolu, même si c'est ce qu'il y a de plus vrai, n'a peut-être pas une grande utilité pratique pour celui qui a envie de se libérer.
Dire par exemple, "La recherche est le problème !" a certainement une utilité mais peut aussi amener à refouler en soi la réalité de cette aspiration à cette recherche.
En fait, cela peut être une source d'égarement.
Voir à ce sujet le lien suivant, cliquer ICI

la liberté, c'est aussi se reconnaître des attaches...

de quelle liberté parlons-nous là ?

ma question naive : à quoi bon être libre, ou quelle liberté cherche-t-on ?

pour en revenir à "dépasser" l'attachement, peut-être est-ce dans le but d'atteindre l'Amour? tout simplement

mais l'Amour, je crois que nous le ressentons sans même nous en apercevoir

Bonjour Ariane

Je crois qu'il est surtout important que tu vois par toi-même comment tu ressens tout cela.

Amitié

Jean-Yves

Masculin Cancer Rat
Messages : 838
Date d'inscription : 15/12/2007
Age : 57
Localisation : Var

http://spi.laique.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Dépasser" l'attachement...

Message par ariane4 le Sam 17 Jan 2009 - 11:15

Bonjour,

je crois que s'égarer c'est un moyen de ne plus chercher....pourquoi chercher fait-il souffrir?
avatar
ariane4

Féminin Taureau Dragon
Messages : 80
Date d'inscription : 14/04/2008
Age : 41
Localisation : Nord-Pas-de-Calais, Côte d'opale

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Dépasser" l'attachement...

Message par endoexo le Mar 21 Mai 2013 - 5:36

Le risque est de s'enliser dans les marécages de l'abandon et ne pas assumer sa solitude libératrice.

_________________
"La méditation, c'est très reposant, c'est quasiment la sieste hindoue"
avatar
endoexo

Masculin Poissons Cochon
Messages : 248
Date d'inscription : 28/03/2013
Age : 70
Localisation : EX PAYS DE L'EST

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Dépasser" l'attachement...

Message par elaine 23 le Mar 21 Mai 2013 - 8:04

l'attachement poussé à l'addiction est la pire des servitudes et, sans aller jusque là, nous sommes attachés à nos proches, à nos amis . L'indifférence isole et rend morose . Dépasser l'attachement devient parfois nécessaire : les liens se rompent et ça fait mal . Alors, il faut bien apprendre à vivre amputé, mais résolument, ce qui reste à vivre .
avatar
elaine 23

Féminin Cancer Buffle
Messages : 49
Date d'inscription : 20/05/2013
Age : 92
Localisation : languedoc roussillon

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Dépasser" l'attachement...

Message par Jean-Yves le Mar 21 Mai 2013 - 9:39

endoexo a écrit:Le risque est de s'enliser dans les marécages de l'abandon et ne pas assumer sa solitude libératrice.

Smile Endoexo...

Dans la compréhension que j'ai de la réalité, il n'y a pas lieu de se détacher de quoi que ce soit. Au contraire, on peut vivre et jouir de vie, être heureux... (avec sans bière d'ailleurs Very Happy ); (bon, je reste sérieux).
Les notions de détachement, disant qu'il faut être détaché pour vivre un vie spirituelle accomplie, sont à mon avis totalement fausses... Alors, on peut se demander pourquoi il est question de détachement dans les enseignements... Eh bien c'est tout simple, c'est que le détachement est une conséquence naturelle de l'état de libération intérieure. Ce qui est notre véritable conscience est libre par nature, et donc "non attachée", par nature. Vouloir faire du détachement une pratique est à mon avis une impasse, et ne peut que nous mettre sur la touche des différents bonheurs, et des différentes jouissances que nous offre la vie.
Je crois que cette notion de détachement à cultiver et à entretenir a été une des plus grandes impasses (égarements) des enseignements spirituels ; car là, sont confondus, ce qui est la conséquence de l'éveil (libération intérieure, avec détachement comme conséquence) et le "chemin" qui nous amène vers la libération.
En fait, c'est pas compliqué, on ne peut pas à la fois se détacher de ce que l'on a à vivre, et jouir de la vie comme le ferait un enfant... L'enfant, lui, nous donne (nous montre) le positionnement naturel dans la vie... qui est jouir de la vie et être heureux.

La solitude peut être nécessaire à certains moments, mais je n'en suis même pas certain ; ça dépend sûrement du besoin de chacun, besoin qui peut évoluer en fonction des époques de la vie (de l'âge). Car la solitude en elle-même peut être une fuite...

Maintenant, c'est sûr que si l'on se retrouve dans une situation où cela s'impose à soi (prisonnier sur une île déserte par exemple), eh bien on travaille "avec ça"...

Mais au-delà de tout ceci, il ya une forme de solitude qui est tout autre, c'est la solitude que l'on retrouve face à soi-même, où à certains moments où l'on "se pose" et qu'on laisse en soi s'agiter ce qui s'agite... ce qui signifie (si l'on veut y mettre une connotation orientale) : Méditer...

Car là, on se donne l'opportunité, on donne l'opportunité à ce qui est agité en soi, de redescendre, de revenir "vers" ce niveau apaisé de soi. C'est-à-dire que dans ces moments-là, on ne fait rien de particulier, mais on entretient pas non plus le mécanisme d'agitation... Et ainsi le mental peut "descendre", s'apaiser de lui-même...

Et ça, c'est la solitude... Smile

Jean-Yves

Masculin Cancer Rat
Messages : 838
Date d'inscription : 15/12/2007
Age : 57
Localisation : Var

http://spi.laique.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Dépasser" l'attachement...

Message par Loryan le Mar 21 Mai 2013 - 11:07

C'est un mot douloureux que l'attachement...

Il nous rappelle sans cesse que nous sommes des navires à la dérive sur un océan monde que nous ne comprenons que si peu.

L'attachement ou un autre mot pour signifier peur d'être seul, car c'est là tout le problème si on s'attache aux gens c'est pour être ensemble ou ne pas être seul comme si ce lien plus ou moins visible que nous tissons entre nous au gré de nos rencontres et de nos expériences était le garant de pouvoir se retrouver à tout moment.
Mais on s'attache aussi aux choses, aux lieux, aux moments, aux formes, aux époques, aux corps y compris le notre.

Tous ces liens, tous ces fils entre nous qui constitue une entrave bien souvent volontaire... et ceci bien avant qu'un jour il nous vienne à la conscience que certains fils sont trop rigides, trop nombreux et que finalement à force de vouloir être attaché tous ces fils constituent une prison bien réelle.

Tout notre monde humain est attachement, nos terres, nos pays, nos villes, nos maisons, nos couples, nos enfants, nos amis, nos idées... tout est mon, ma, mes, notre, nos....

Nous ne vivons jamais seuls, et rares sont ceux parmi la race humaine qui cultive la solitude et la liberté dans un choix conscient.

Mais est-ce si grave ?
Peut-être que c'est simplement notre nature, notre nature d'âme même que de vouloir se lier à tout et à tous.

Paradoxe, celui qui souffre d'attachement n'est jamais isolé, car nous souffrons tous d'attachements.... existe-t-il ici sur ce forum une seule personne qui n'a jamais mesuré la fragilité des liens d'attachements dans sa vie ?

Personnellement je peux dire que j'ai peur de la mort... oh pas de la mienne... mais de celle de tous les gens a qui je suis attachés...
Parce que je ne parviens pas à me projeter au delà du moment ou ce lien va disparaitre, moment que je sais inéluctable.... question de temps.

J'ai peur de lâcher mon travail, ma maison, chercher une nouvelle vie parce que pareil tous les liens d'attachement existant me rassurent, me sécurisent.... même si parfois ces attachements sont une prison parfois lourde à porter.

Paradoxe à nouveau.... que le choix de s'entraver, de porter un fardeau et de se coller aux barreaux de sa vie pour regarder l'extérieur avec fascination et peur à la fois.

Mais au final..... je crois qu'avoir conscience de ses attachements, de sa peur de les perdre, ou de son obstination à les garder et une clef pour les dépasser.
La prison ce n'est pas réellement les barreaux que constitue les fils d'attachements, mais la raison pour laquelle on reste derrière.

Nous avons le "droit" d'être attaché, ce n'est pas un mal et encore moins une entrave spirituelle, je pense plutôt que c'est courageux et que cela va chercher une vérité au plus profond de notre âme, de notre jeune âme.

Car tout comme le bébé tâtonne son environnement, apprend à toucher, à observer, et à parcourir l'immensité de ce monde extérieur loin de la rassurante chaleur de sa mère, nous faisons la même chose avec nos attachements. Nous explorons un univers totalement liés en chacun de ses points.. mais pour le comprendre nous devons peut-être suivre chacun de ses liens 1 a 1 et transcender la toile tissée pour parcourir l'univers en toute liberté.

Plus terre à terre, je me suis aperçu que dans la douleur des attachements rompus, de force ou de plein gré... que la seule chose qui permettait de rester debout était une forme de foi en soi, un pouvoir créateur, une conviction intérieure que "rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme"... même les attachements

_________________
"Ainsi quand vous discutez les uns avec les autres ne laissez pas vos cœurs s'éloigner. Ne dites pas les mots qui vous éloignent davantage, ou bien viendra un jour où la distance sera si grande que vous ne trouverez pas le chemin du retour..." Extrait de sagesse Hindou
avatar
Loryan

Masculin Vierge Chien
Messages : 136
Date d'inscription : 27/03/2013
Age : 47
Localisation : Lorraine

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Dépasser" l'attachement...

Message par endoexo le Mar 21 Mai 2013 - 13:25

Jean-Yves, pour moi la solitude est ce vide nécessaire qui permet d'accueillir et de célébrer sans cesse des noces nouvelles, toutes uniques que je savoure en silence... Dans le sens où M.M.Davy l'entend dans son ouvrage Tout est Noce.

Spoiler:
Auteur : Marie-Madeleine Davy
Plongés dans la dualité, nous nous exprimons le plus souvent dans un langage antinomique. Celui-ci reflète nos pensées et nos habituels comportements. Toute dualité opprime et déchire. Les notions Bien-Mal, Haut-Bas, Masculin-Féminin, Temps-Eternité nous semblent irréconciliables.
Ces constantes divisions peuvent être surmontées, à condition de les libérer de leur pesanteur. Seul le détachement de notre propre multiplicité opère cet allègement en profondeur. Renoncer à la double voie positive et négative exige le respect des différences et permet de saisir la richesse des complémentarités. Les mythes et les symboles servent de guides.
Le choc des contraires surmonté, la dualité s'estompe : de mystérieuses fiançailles s'ébauchent entre les opposés. Soudain une révélation intérieure éclaire et engendre un nouveau regard, une conscience neuve. Aussitôt un éveil intérieur se produit. Sorte de résurrection permettant de comprendre que Tout est Noces. Après l'angoisse, la jubilation, l'orientation vers l'unité.


Une forme d'égoïsme que je revendique... et dont je laisse à quiconque le droit de l'exercer.

_________________
"La méditation, c'est très reposant, c'est quasiment la sieste hindoue"
avatar
endoexo

Masculin Poissons Cochon
Messages : 248
Date d'inscription : 28/03/2013
Age : 70
Localisation : EX PAYS DE L'EST

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Dépasser" l'attachement...

Message par MarieAnne le Mar 21 Mai 2013 - 14:06

un profond merci Endo pour ce passage !!! et de pouvoir découvrir que tu as aussi ce Regard de la solitude

une forme d’égoïsme?! je ne le ressens pas comme cela, mais plutôt une quête de Soi en soi! un Enfantement de Soi possible au cœur de toutes ces Noces

les départs, les déchirures des liens qui nous relient les uns les autres ont aussi beaucoup à nous apprendre sur notre Chemin, jusqu'au jour où on découvre qu'en soi il est une autre reliance, un autre Toucher ... où rien n'est séparé ...

ces mots de Jacqueline Kelen, résonnent fortement en moi, ils m'ont été très précieux ...

"Il faut déplier et non fermer sa plaie"

"Elargir et non clore sa blessure;
qu'elle devienne fontaine.

Infiniment ouvrir sa blessure
jusqu'à ne plus savoir
ce qui fait mal, ce qui est doux,
à ne plus savoir distinguer
la rose des épines,
à devenir accord et coupe enchantée."

Jacqueline Kelen "Marie-Madeleine un Amour infini"


Il n'est pas pour moi de réel Chemin sans apprentissage du détachement.
Que cela soit de l'autre extérieur à soi et de ces parts de soi auxquelles on s'accroche aussi par peur du vide, de l'absence ... Elaine parle d'amputations .. c'est un très bon exemple qui montre que malgré l'absence visible, il y a toujours une présence ressentie dont peuvent témoigner ceux qui ont été amputés d'une partie de leurs membres. Vivre la Présence au coeur de l'absence ...


_________________

"Une maille à l’endroit, une maille à l’envers, observant l’ouvrage sans jugement ou bavardage,
en aiguilles de la Voie du Milieu, Présente, et non à mille lieues "Auroreyeshe
avatar
MarieAnne

Féminin Messages : 198
Date d'inscription : 27/03/2013

http://justedesfruitscueillis.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Dépasser" l'attachement...

Message par endoexo le Mar 21 Mai 2013 - 14:49

Je ne sais pas si "l'ésotérisme a toujours été un moyen de protéger des privilèges claniques" comme l'écrit J-F. Kahn dans "L'invention des Français" mais il soulève le pan du profane et du sacré dont est frappé le terme de "détachement" qui peut être interprété, pour le moins, de deux manières différentes.

_________________
"La méditation, c'est très reposant, c'est quasiment la sieste hindoue"
avatar
endoexo

Masculin Poissons Cochon
Messages : 248
Date d'inscription : 28/03/2013
Age : 70
Localisation : EX PAYS DE L'EST

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Dépasser" l'attachement...

Message par Jean-Yves le Mar 21 Mai 2013 - 15:02

endoexo a écrit:Jean-Yves, pour moi la solitude est ce vide nécessaire qui permet d'accueillir et de célébrer sans cesse des noces nouvelles, toutes uniques que je savoure en silence... Dans le sens où M.M.Davy l'entend dans son ouvrage Tout est Noce.



Je crois que nous sommes vraiment sur la même longueur d'onde...

Oui, MarieAnne, c'est bien ainsi que je comprends aussi : "déplier..." "ouvrir..." Ou je dirais plutôt "laisser se déplier...", "laisser s'ouvrir..." [Car à travers le termes "laisser", on renonce en fait à un quelconque contrôle sur ce ce qui se passe, (ce mécanisme d'ouverture intérieure), car il y a en cela, cette ouverture sur la vie, qui est l'ouverture sur la profondeur de soi, une mécanique naturelle qui n'est pas de notre ressort... tout comme une rose qui s'ouvre naturellement].

Car si ça ne s'ouvre pas, c'est dû, d'après ce que je ressens, à un durcissement, à une fuite de "ce qui est là" (en soi), en terme de souffrance... et cette fuite nous tient "éloigné" de ce que nous sommes, elle maintient cette division intérieure...
A partir du moment où il y a une souffrance intérieure, il peut y avoir négation de ce qu'elle est et refus de la vivre ; en se "comportant" ainsi, peut-être on ne la sentira plus, mais en même temps, on se ferme au monde ; ce durcissement (fermeture) à la souffrance fait qu'il y a une fermeture intérieure, non seulement à la souffrance, mais aussi à tout ce qui fait le bonheur, la joie de vivre, la sensibilité...

Endoexo a écrit:Je ne sais pas si "l'ésotérisme a toujours été un moyen de protéger des privilèges claniques" comme l'écrit J-F. Kahn dans "L'invention des Français" mais il soulève le pan du profane et du sacré dont est frappé le terme de "détachement" qui peut être interprété, pour le moins, de deux manières différentes.

Bingo... Smile

Jean-Yves

Masculin Cancer Rat
Messages : 838
Date d'inscription : 15/12/2007
Age : 57
Localisation : Var

http://spi.laique.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Dépasser" l'attachement...

Message par Jean-Yves le Mar 21 Mai 2013 - 16:39

Je reviens un peu sur ce que j'ai dit ci-dessus...

Il me semble en fait essentiel de "vivre l'attachement" car refuser l'attachement est un durcissement en soi, et ainsi c'est une fermeture...

J'aime quelqu'un, j'aime sa présence... etc. Pourquoi ne faudrait-il pas vivre cela ? sous prétexte qu'il ne faudrait pas être "attaché"...
Car ainsi, en vivant pleinement l'attachement, lorsque l'on est dans un processus d'ouverture intérieure, à un certain moment, cette relation "d'attache" devient un peu comme une chaussure trop petite... Il y a un manque d'oxygène dans la relation...
Et ainsi, en traversant cette phase de malaise, on va toucher du doigt ce qui est blessé en soi et on a comme ça l'opportunité (en ne faisant rien de spécial d'ailleurs) de dépasser cette douleur et de se reconnaître soi-même comme étant une conscience plus large... D'où nécessité, à mon sens, de vivre ce qui vient, ce qui est là...


Jean-Yves

Masculin Cancer Rat
Messages : 838
Date d'inscription : 15/12/2007
Age : 57
Localisation : Var

http://spi.laique.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Dépasser" l'attachement...

Message par endoexo le Mer 22 Mai 2013 - 2:53

Je ne nie pas la "nécessité de vivre pleinement l'attachement et le fait que tu mettes en exergue la "chaussure trop petite", "le manque d'oxygène", est un clignotant à double sens, soit en illustrant le proverbe populaire qui dit : "les amis font toujours plaisir, soit en arrivant, soit en partant..." encore...."c'est comme le poisson, "au bout de trois jours ça commence à sentir" ou, si leur départ nous laisse défait et sincèrement chagriné, "partir c'est mourir un peu", une addiction à des attachements qui trahit une crainte d'abandon, "symptôme" d'un manque de confiance en soi, un difficulté d'être pleinement autonome, sans le besoin d'une incontournable reconnaissance de soi même par l'autre... Seul... je ne suis plus rien.

Lorsque je retourne en France, je retrouve des amis qui souvent me demandent comment je fais pour vivre loin de ce réseau plus ou moins formel de relations, m'avouant qu'ils ne pourraient pas le faire... alors que moi, j'ai le sentiment de les avoir quitté la veille.... je n'ai plus cette boule "d'angoisse" qu'enfant j'éprouvais sur le quai de gare où, partant en pension, je savais que je ne reverrai mes parents et frères que tous les trois mois, pour les vacance de Noël, Pâques et grandes vacances... Ce genre de déchirement s'est éteint... Une forme de durcissement ? Pour moi, c'est l'acceptation que je ne suis pas doué d'ubiquité et que c'est ainsi, que les vies s'écoulent avec où sans nous... mais je ne boude pas les joyeuses retrouvailles.

_________________
"La méditation, c'est très reposant, c'est quasiment la sieste hindoue"
avatar
endoexo

Masculin Poissons Cochon
Messages : 248
Date d'inscription : 28/03/2013
Age : 70
Localisation : EX PAYS DE L'EST

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Dépasser" l'attachement...

Message par Loryan le Mer 22 Mai 2013 - 8:33

Ce n'est pas général mais très souvent quand je passe de bons moments avec des amis je ressens toujours un déchirement plus ou moins prononcé au moment du départ.

C'est dans certains cas parfois profondément douloureux devant l'incertitude du lendemain, surtout dans le cas de "nouvelles" personnes.

Est-ce un manque de confiance en soi ? peut-être mais de mont point de vue c'est plutôt un manque de confiance en la vie ou un manque de confiance en "Dieu" (je ne trouve pas d'autres mots pour exprimer cette notion de destin, de hasard, etc)
Quand j'ai passé mon bac vers 18 ans un soir j'ai prêté un livre d'allemand à un ami pour qu'il révise son examens du lendemain (il avait pu le sien) sauf que le lendemain je ne l'ai jamais revu, il était mort dans son sommeil.

Si je vous raconte cette histoire qui ne concerne qu'une faible partie des attachements possibles, c'est qu'elle traduit pour moi l'inquiétude permanente du lendemain concernant les attachement proche.
Qu'on s'en remette ou pas, qu'ils soient proches ou non, qu'ils soient dans un autre monde ou non....

Dans tous les cas cela crée un vide, et bien que maintenant ça fait plus de 20 ans et que je ne peux pas dire que c'était un ami très proche, je ne peux que constater qu'il existe quand même une fissure dans mon coeur qui ne s'est jamais effacée et que ma pensée reste attachée à cet épisode.


_________________
"Ainsi quand vous discutez les uns avec les autres ne laissez pas vos cœurs s'éloigner. Ne dites pas les mots qui vous éloignent davantage, ou bien viendra un jour où la distance sera si grande que vous ne trouverez pas le chemin du retour..." Extrait de sagesse Hindou
avatar
Loryan

Masculin Vierge Chien
Messages : 136
Date d'inscription : 27/03/2013
Age : 47
Localisation : Lorraine

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Dépasser" l'attachement...

Message par endoexo le Mer 22 Mai 2013 - 9:40

Loryan... et ton livre d'allemand... tu l'as récupéré ? Question

_________________
"La méditation, c'est très reposant, c'est quasiment la sieste hindoue"
avatar
endoexo

Masculin Poissons Cochon
Messages : 248
Date d'inscription : 28/03/2013
Age : 70
Localisation : EX PAYS DE L'EST

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Dépasser" l'attachement...

Message par Loryan le Mer 22 Mai 2013 - 9:59

endoexo a écrit:Loryan... et ton livre d'allemand... tu l'as récupéré ? Question

Ben..... j'ai jamais osé lol, et comme j'ai redoublé ma terminale je me suis fait engueulé toute l'année parce que j'avais pas ce livre (comme quoi j'étais pas attaché au livre lol)

_________________
"Ainsi quand vous discutez les uns avec les autres ne laissez pas vos cœurs s'éloigner. Ne dites pas les mots qui vous éloignent davantage, ou bien viendra un jour où la distance sera si grande que vous ne trouverez pas le chemin du retour..." Extrait de sagesse Hindou
avatar
Loryan

Masculin Vierge Chien
Messages : 136
Date d'inscription : 27/03/2013
Age : 47
Localisation : Lorraine

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Dépasser" l'attachement...

Message par endoexo le Mer 22 Mai 2013 - 10:18

Tu vois où ça mène le détachement... se faire engueuler toute l'année... lol!


_________________
"La méditation, c'est très reposant, c'est quasiment la sieste hindoue"
avatar
endoexo

Masculin Poissons Cochon
Messages : 248
Date d'inscription : 28/03/2013
Age : 70
Localisation : EX PAYS DE L'EST

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Dépasser" l'attachement...

Message par Loryan le Mer 22 Mai 2013 - 10:38

endoexo a écrit:Tu vois où ça mène le détachement... se faire engueuler toute l'année... lol!


Mine de rien et même si c'est de l'humour, je crois que tu poses là une autre problématique du détachement et de l'attachement.
Celle que nous ne sommes pas seul dans cette histoire, et que vouloir se détacher de gens qui voudraient que tu sois attachés à eux (ou inversement) et un sérieux problème de l'existence.

Par définition dans l'attachement on est au moins deux.
Soi même et l'objet de son attachement que ce soit une chose, un lieu, une personne ne le sachant pas, ou une personne le sachant.

Or qui dit détachement, dit "traiter" un attachement. c'est facile avec des choses ou des lieux ou encore avec des gens qui ignorent cet attachement.... mais quand la personne en face connait l’attachement et qui plus est y a répondu... c'est une autre histoire.
Car il y a alors autre chose : la responsabilité

On peut dépasser l'attachement pour soi-même, mais pas pour l'autre si il n'y a pas de démarche réciproque.
Or vouloir "aller mieux", ou "évoluer spirituellement " en dépassant ses propres attachements sans prendre en compte la responsabilité que l'on a avec la réciprocité du lien vis à vis d'une tierce personne est à mon avis profondément égocentrique et ne grandit pas notre âme.

Dans la démarche du détachement il me semble nécessaire non seulement de dépasser l'attachement de soi même "à" mais surtout de le faire avec amour au sens noble du terme, c'est à dire en prenant en compte que nous sommes tous lié et qu'il n'y a pas que "nous".

C'est tout un équilibre à trouver où sa propre libération ne provoque pas l'emprisonnement de l'autre à l'image du jeu de l'oie ou du monopoly

_________________
"Ainsi quand vous discutez les uns avec les autres ne laissez pas vos cœurs s'éloigner. Ne dites pas les mots qui vous éloignent davantage, ou bien viendra un jour où la distance sera si grande que vous ne trouverez pas le chemin du retour..." Extrait de sagesse Hindou
avatar
Loryan

Masculin Vierge Chien
Messages : 136
Date d'inscription : 27/03/2013
Age : 47
Localisation : Lorraine

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Dépasser" l'attachement...

Message par endoexo le Mer 22 Mai 2013 - 10:54

Avoir le sens de ses responsabilités ne doit pas se construire à l'ombre de la culpabilité ou de a honte... comme trop souvent cela se trame... C'est le "principe"... mais l'appliquer est une autre paire de manches...

_________________
"La méditation, c'est très reposant, c'est quasiment la sieste hindoue"
avatar
endoexo

Masculin Poissons Cochon
Messages : 248
Date d'inscription : 28/03/2013
Age : 70
Localisation : EX PAYS DE L'EST

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Dépasser" l'attachement...

Message par Jean-Yves le Mer 22 Mai 2013 - 16:47

Loryan a écrit:Ce n'est pas général mais très souvent quand je passe de bons moments avec des amis je ressens toujours un déchirement plus ou moins prononcé au moment du départ.

C'est dans certains cas parfois profondément douloureux devant l'incertitude du lendemain, surtout dans le cas de "nouvelles" personnes.

Est-ce un manque de confiance en soi ? peut-être mais de mont point de vue c'est plutôt un manque de confiance en la vie ou un manque de confiance en "Dieu" (je ne trouve pas d'autres mots pour exprimer cette notion de destin, de hasard, etc)

Je ne pense pas qu'il s'agisse d'un manque de confiance en dieu ou en la vie... car chacun possède la confiance en la vie ou en Dieu en fonction de ce qu'il a lui-même expérimenté dans son for intérieur... Ce que je veux dire, c'est qu'il n'y a pas véritablement de manque (d'après ce que je comprends et conçois à ce sujet)
La confiance en Dieu s'établit à travers le contact en soi avec cette... (sorte de) présence intérieure... et uniquement ainsi, sinon, pourquoi devrions-nous croire si l'on ne ressent pas par soi-même en soi ?
Dans la douleur, quand on oriente comme tu le fais (parce que je commence à te connaître), il arrive un moment où cela apparaît en soi, un ressenti intérieur... quelque chose au fond de soi répond comme une sorte de... présence. Et je crois que la traversée de la douleur est inévitable, tout comme Moïse qui a traversé le désert avant d'avoir cette révélation intérieure...

sunny

Jean-Yves

Masculin Cancer Rat
Messages : 838
Date d'inscription : 15/12/2007
Age : 57
Localisation : Var

http://spi.laique.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Dépasser" l'attachement...

Message par Totem le Mer 22 Mai 2013 - 19:06

endoexo a écrit:

Lorsque je retourne en France, je retrouve des amis qui souvent me demandent comment je fais pour vivre loin de ce réseau plus ou moins formel de relations, m'avouant qu'ils ne pourraient pas le faire... alors que moi, j'ai le sentiment de les avoir quitté la veille.... je n'ai plus cette boule "d'angoisse" qu'enfant j'éprouvais sur le quai de gare où, partant en pension, je savais que je ne reverrai mes parents et frères que tous les trois mois, pour les vacance de Noël, Pâques et grandes vacances... Ce genre de déchirement s'est éteint... Une forme de durcissement ? Pour moi, c'est l'acceptation que je ne suis pas doué d'ubiquité et que c'est ainsi, que les vies s'écoulent avec où sans nous... mais je ne boude pas les joyeuses retrouvailles.


Pareil pour moi, tous les deux ans pour mes parents et une bonne partie de ma famille (les Iles) et mes enfants qui sont loin et donnent de leur nouvelles quand ça leur chante Very Happy

Sinon le détachement à commencé pour moi à l'âge de 6 ans. Smile

_________________
Si tu t'inquiètes du vent, tu ne sèmeras jamais. Si tu scrutes les nuages, tu n'auras pas de récolte...' L'Ecclésiaste'.
avatar
Totem

Féminin Bélier Chèvre
Messages : 333
Date d'inscription : 03/04/2013
Age : 62
Localisation : 76

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Dépasser" l'attachement...

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum